Forum des freegans


Organisation interne, organisation externe et organisation paterne du mouvement freegan en France.

Vous n'êtes pas identifié.

Annonce

#1 17-02-2015 15:38:43

Guedas
Visiteur ébouesque

Le roman des poubelles

Le choc
3h04...Ce soir, ou cette nuit, ou ce matin, ça ne compte plus vraiment... je ne sais pas si je vais dormir.
Je devrais reprendre le travail sur lequel j'ai pris du retard à cause des démarches avec la police, ou préparer ma séance d'animation de demain, ou pourquoi pas encore, penser à cette soirée qui a suivi les événements que je vais vous raconter.
Mais non ça ne vient pas, pas moyen, l’incompréhension demeure, le dégoût, l’aliénation...
Impossible de s'amuser, ni de relativiser. Impossible de trouver la paix du sommeil. Il n'y a aucune justification qui tienne.
Il y à 4 h après un bon cour de sport j'invitais 3 amis à venir voir les poubelles d'une grande surface. En effet, étant passé au hasard d'un retour de travail, j'avais vu 8 bennes débordantes derrière un magasin, je comptais donc en faire profiter un maximum de gens. Les temps étant difficile pour beaucoup, un peu de nourriture gratuite ne fait de mal à personnes !
Bref, revenons-en à nos déchets... Évidement il faut sauter une grille les poubelles sont de l'autre côté, acrobate dans l'âme, c'est pas bien difficile pour nous 4 jeunes sportifs :
50 nuances de déchets...
Elles sont finalement 9 !
Mensuration : 1 m sur 1m 50 et un bon mètre vingt de profondeur. Presque 2m cube !
Toutes sont magnifiquement remplies, leurs gris mornes et leur apparente similitude ne sont qu'illusions comparés à leurs diversité de contenu:
L'une est rempli de pains au chocolat encore bien ordonnés dans leurs barquette, l'autre des immeubles de barquette dorée de saumon fumée (bio artisanal s'il vous plaît), celle du bout est même remplie intégralement d'ananas... Une centaine tous serrés ne demandant qu'à sortir de cette benne trop sombre pour pouvoir offrir leurs jus doux et savoureux.
Dans le petit groupe de copains, c'est l''hystérie totale, on savait qu'il y avait du gâchis, mais pas autant ! Je connais la question, je soulève quelques couvercles de temps en temps mais jamais je n'avais accédé à un si grand volume, et encore moins si bien ordonné.
En pleine joie de remplir des sacs et des sacs de bouffes, prête à être distribuée aux quatre coins de la ville pour les SDF et les jeunes en difficultés, un cri de femme glace tout, une voisine fasciste énervée ? On a pourtant fait aucun bruit ni jeter quoique ce soit par terre. La voix reprend :
« Si vous sortez de là je lâche le chien sur vous » Tout s'arrête.
-pardons?-
Sommes-nous des criminelles ? Va-t-on nous taser ?
« On peut parler calmement madame pas la peine de s’énerver, regardez, ce ne sont que des déchets »
« Restez derrière les barreaux de ce portail sinon je vous promets que je lâche le chien. » La bête s’énerve.
Non apparemment, nous ne sommes pas des malfrats, la gardienne à bien vu que nous ne volons pas et qu'on a des gueules d'anges, mais nous sommes juste des animaux enfermés comme dans un zoo, condamné à lui parler la gueule entre les barreaux, la prison avant même d'avoir été jugé. De quoi au juste ?
« C’est comme ça ! » ; force de la hiérarchie
La conversation durera, elle appellera la police malgré notre bonne volonté. « Je fais mon boulot c'est tout »
« Mais madame on a toujours le choix, la morale ça dépasse le travail, le bon sens ça dépasse les lois ! Il n'y aurait pas eût de résistance pendant la guerre, sinon, si ? Et si on obéissait toujours aux ordres il n'y aurait plus de juifs en France, si ? »
« C'est trop tard j'appelle la police, je fais mon boulot, point. Si je n'appelle pas la police, les caméras ont enregistré votre présence et demain j'aurais des problèmes avec mon chef parce que je vous aurais laissés filer... »
Foutu complexité du monde. Je lui en veux à peine à celle-là.
20 flics pour 4 jeunes dans des poubelles
La suite ne vaut pas le coup d'être racontée, je vous la fais en accélérée: prise de papier, menace de garde à vue. Parfois le ton monte, j'essaie de calmer l'affaire.
Mais quand même ! En ¾ d’heure arrivée de 3 véhicules de plus en plus armée toutes les 15 min... Successivement avec chaque fois le même scénario : même chose, un gars arrivent devant son équipe fraîchement sortie et nous demande l'histoire, et les papiers, et ce qu'on fait.... à croire qu’ils ne peuvent pas se parler entre eux ?
Et puis à chaque personnage son intimidation pour ne pas qu'on recommence, le gentil qui nous dit qu'il comprend mais qu'il ne peut pas laisser faire, le méchant qui dit qu'on va finir au poste.
Je vous sors une perle quand même : un des brigadiers nous dit en pointant du doigt un véhicule d'où filtraient des aboiements sourds et violant: « On a un chien à l'arrière de ce fourgon mais on le sort pas car il a déjà blessé 3 policiers. Imaginez que vous recommenciez à aller dans les poubelles... on ne veut pas à avoir à sortir ce chien contre vous ok ? »
Je fais le compte : 3 heures de papotages et de sermons inutiles, 20 agents, au moins le smic
20 x 15€ x 3h … au moins 1000 € de gâchés... C'est de l'argent et du temps qui auraient pu servir à traquer des criminelles, mais non. 20 flics pour 4 jeunes dans des poubelles...
sans compter le temps qu'on a perdu nous aussi !
Il n'y a pas plus important ?
Alors pour finir le récit en beauté, on nous a dit que c'est dangereux de sauter la barrière en plus, si on tombe on peut porter plainte contre le magasin (attendez… vraiment?). L'ironie de l'histoire ? Les policiers nous demanderons de ressauter la barrière pour remettre dans la poubelle les provisions qu'on avait commencé à sortir. Et c'est ainsi que pendant 5 minutes, devant 20 flics, 4 jeunes sautent la barrière comme des chats de gouttières, les sacs de bouffes disparaissent derrière les grilles. Les déchets retournent là où ils devaient rester. C'est comme ça ! Les flics regardent avec fierté militaire, peut-être un peu de honte quand même ?
Moi en tout cas oui... à en pleurer.
De la nourriture par centaine de kilogrammes
Ce soir, on a dû la remettre dans la benne, direction les camps de la morts, l’incinérateur...
Le bilan
Il m'a fallu du temps pour revenir de tout ça. On passe à la réflexion ?
Il est autorisé, en France, de fouiller les poubelles afin d'acquérir des biens.
TOUT DECHET, en matière juridique, est considéré RES NULLIUS : il n'appartient à personne, et le premier à s'en emparer en devient propriétaire.
Aucune taxe ne peut être prélevée sur les déchets ainsi récupérés, fus-ce des lingots d'or.
Le problème c'est que souvent ces bennes ne sont pas sur la voie public (à qui la faute?) il faut donc généralement sauter une barrière, un portail.
Alors certains d'entre vous vont donc dire qu'on a qu’à pas sauter une barrière...
Moi je dis que des barrières, heureusement que ça se saute pour les noirs, les juifs, les homosexuels, les réfugiés politiques...
Et surtout je réponds : pourquoi ne pas obliger à mettre ses poubelles dehors si ça peut éviter une violation de propriété privée.
L’hypocrisie et le mythe de la plainte
C'est là que l'argument hypocrite est sorti, c'est pour éviter qu'il nous arrive quelque chose !
Si on tombe malade on peut porter plainte ! D'abord s’ils ne mettaient pas de javel ou de poison on ne tomberait pas malade et puis quel crétin porterait plainte contre celui qui offre de la nourriture gratuite ? Ensuite les décharges de responsabilité ça n'existe pas ? « Nous déclinons toute responsabilité quant à l'utilisation des déchets de ces poubelles » Hop réglé !
Enfin, si c'est vraiment un problème légal, plutôt que d'aller inventer des lois pour ouvrir le dimanche, il suffirait de voter une loi disant que le contenu des poubelles n'est pas reconnu comme la responsabilité des grandes surfaces, ça ferait plaisir à bien plus de français ! Tout le monde serait d'accord pour que les clochards et les plus démunis puissent se servir dans les poubelles, non ? Alors votons ça plutôt qu'un traité transatlantique ou de faire du lobbying pour permettre aux OGM de rentrer en Europe !
Alors oui ça pourrait faire perdre, quoi ? 1 %, 1,2% de consommation si les gens se servaient dans les poubelles plutôt que dans les GMS, vraiment ? Parlons en...
L'économie contre l'opulisme
On arrive donc à l'argument économique... à peine caché
Ce n'est pas pour notre sécurité, c'est simplement une question de sous.
Si on applique sur des chiffres d'affaire à 10 zéros les hypothétiques 1% de baisse de chiffre d'affaire qu’engendrerait la liberté de circuler dans les poubelles (que j'appelle opulisme), on arrive déjà à de belles sommes, que ne veulent surtout pas perdre les riches dirigeant( ça leurs ferait un yacht en moins!). Cette argument est minable d’abord parce qu'il est profondément égoïste, mais aussi pour d'autres raisons :
D'abord est-ce que le très pauvre qui fait les poubelles achèterait la nourriture si il n'y avait plus la poubelle de son coin de rue ? Non, il irait voir une autre poubelle plus loin.
Si on lui interdit l’accès à toutes les poubelles ? Il galérera en faisant la manche, ce faisant il diminuera le pouvoir d’achat d’un particulier : Finalement, le pain qu’achètera le sans-abri, ce sera celui que le donneur de pièce n’achètera pas. Pas de bénéfice de consommation.
Finalement, la seule chose qu'on fait perdre c'est du temps à tout le monde : aux policiers qui ont autres chose à faire, au employer de GMS qui se sentent bête de percer les pots de yaourts dans les poubelles pour ne pas que les gens viennent les prendre, au sdf qui pourrait peut-être devenir ce qu'il veut si on l'aidait un peu.
Et la seule chose qu'on gagne? C’est de la pauvreté dans les rues et dans les esprits, car ce n'est agréable ni pour les passants, ni pour les mendiants d'être face à la mendicité.
Je dirais même que si plus de gens avait facilement accès aux poubelles, ils auraient plus de temps. Et le temps c'est de l'argent non ? Tôt ou tard avec ce temps, les gens des poubelles participeraient à la société, pourraient faire les démarches administratives (très chronophage), créer une activité, répondre à une offre d'emploi etc. Plutôt que marcher des heures pour trouver une poubelle accessible sans javel ni coup de couteau dans les produits invendus !
Finalement...
Et j'ai même envie de dire si un jour il y avait une loi dans je ne sais quel code disant qu'il est interdit de faire les poubelles… N'y en aurait-il pas une plus forte, une loi plus plus universelle qui serait d'aider son prochain, et n'y en aurait-il pas une encore plus profonde et sacrée qui devrait dire que détruire de la nourriture, c'est détruire la société, détruire le monde?
C'est admettre que des terres ont été érodées, des animaux tués (des espèces disparues), que des paysans se sont cassés le dos vainement ? Que des boulangers, des charcutiers, des robots ont travaillé, transporté par camions, tout ça pour... rien, être « détruit », et nous coûter des impôts pour acheminer les déchets et des sommes colossales pour ouvrir des déchetteries !
Un double gâchis :
Et oui !
Un déchet « détruit » ça veut dire quoi ? N’est-il pas vrai que rien ne se créer tout se transforme ?
Dans ce cas « détruire » est un piètre euphémisme pour dire, enfouir dans des déchetteries toujours plus grandes, et coûtant toujours plus chères avec les impôts des contribuables. 1 000 000€ c’est le prix moyen d’un centre d’enfouissement technique, il y aurait plus de 4500 déchetterie en France...
Vous n'avez pas envie de réduire un peu la dépense ?
Un pays ne fait pas sa fortune par sa capacité à consommer, il la battit par sa capacité à produire, à valoriser, à améliorer le vivre ensemble qui incombe à l'humain.
C'est donc d'abord un non-sens économique et sociétale d’empêcher les gens de faire de la récup'.
Où est le crime alors ?
Enfin, si c'est un crime de violer la propriété privée (d'une poubelle ?!), n'en est-ce pas un de détruire de la nourriture, n'est-ce pas le pilier le plus important de la société, la raison pour laquelle nous vivons ensemble au fond : que chacun ait à manger ?
C'est donc un profond non-sens idéologique.
Il n'y a donc aucune raison de dire que c'est la loi, ou que « c'est comme ça », ou « sinon les gens n’achèteraient plus », ça n’est pas plus vrai que de dire que l'esclavage a détruit les pays développés, ou que donner des droit au noirs aurait détruit la culture. C'était tout simplement injuste.
Et ça changera
Je compte sur nous tous.

#2 18-02-2015 18:58:39

tantvalacruche
Dynamiteur de compacteuse
Date d'inscription: 21-03-2014
Messages: 664

Re: Le roman des poubelles

Est-ce une histoire vraie ou un roman ?
Pour faire un peu de philosophie de café du commerce à mon tour, s'il  y a une chose qu'il faudrait commencer par supprimer, c'est le principe de précaution inscrit dans la constitution depuis 2005, et qui nous bouffe toutes nos libertés.
Dans les années 1970, il n'y avait ni ceintures de sécurité, ni limitation de vitesse sur les routes, ni dates limite de consommation. Les gens étaient supposés être majeurs et responsables de leurs actes. Depuis 2005, ils ne le sont plus vraiment.
C'est à cause de ce principe de précaution que les grandes surfaces ont l'obligation de mettre leurs poubelles sous clés ou derrière une clôture pour t'empêcher de t'intoxiquer et de te retourner contre elles. J'en connais au moins deux par ici où les vigiles gardent les poubelles en attendant le passage des éboueurs pour empêcher qu'un candidat au suicide (çà s'appelleun freegan smile ) ne vienne récupérer du poison alimentaire dans leurs bacs. Commençons par supprimer ce truc qui veut nous protéger contre nous-même, et l'humanité s'en portera paradoxalement mieux lol.
Pour le reste, perso, je n'ai jamais franchi une clôture, jamais poussé la porte d'un local poubelle, et, depuis six ans que je freeganise, je n'ai jamais eu de démêlés avec la police. Tout au plus quelques mots avec le gérant d'un petit casino, qui m'a interdite d'aller "voler" dans ses poubelles, poubelles qui d'ailleurs se trouvaient sur la voie publique. Il m'a menacée d'appeler la police, je lui ai répondu "Faites donc, je vous en prie", et il a tourné les talons en disant "Je trouverais bien un moyen pour vous en empêcher." lol. Et en fin de compte, je n'y ai jamais replongé pour avoir la paix et éviter la javel, le purgatif, la mort aux rats ou le désherbant dont il a sans doute additionné ses poubelles après cette discussion : les cons, ça ose tout, comme disait Audiard, c'est même comme çà qu'on les reconnaît big_smile.
Quand je visite des poubelles à l'arrière d'un supermarché, j'y vais pendant les heures d'ouverture, sans me cacher des employés, et je n'ai jamais eu de problèmes avec eux. Bien au contraire, il est même arrivé qu'ils aillent me chercher les sacs poubelles du jour pour faciliter mes "courses" big_smile. C'est plus facile à faire à 18 heures qu'à trois heures du mat face à un vigile et son chien. Le passage où tu tentes d'engager la discussion est assez surréaliste, et c'est pour çà que je me demande si c'est une histoire vraie. A 3 heures du mat de toutes façons une zone commerciale c'est vraiment trop sinistre pour une fille seule.
A l'avenir, évite l'effraction et la violation de propriété, tu dormiras mieux. Il y a assez de poubelles à "sauver" sur la voie publique pour caler ton estomac, et où on trouve aussi des ananas et du saumon fumé, en moins grande quantité, certes, mais tu ne pourrais pas en manger tout un bac tout en restant sportif longtemps... La seule condition c'est de ne se pas préoccuper du regard oblique du passant honnête, et c'est quelque chose qui n'est toujours pas évident pour moi après six ans. Là, j'ai repéré les poubelles d'un nouveau bio, mais elles sont ramassées en début de soirée à une heure où il passe tellement de monde à côté que je n'arrive pas à me décider à plonger. Tu vois, même quand elles sont sur les trottoirs, et que la clôture est seulement psychologique, elle n'est pas toujours facile à franchir.
J'espère que ton aventure nocturne, si elle est réelle, n'aura pas de conséquences fâcheuses au point de t'envoyer devant un tribunal. Si ça devait m'arriver, je ne pense pas que je tenterais une défense de rupture en pointant du doigt les grandes surfaces et la société toute entière. Ce type de défense a surtout tendance à exaspérer les magistrats professionnels et ne peut à la rigueur être payant que devant une cour d'assises. Allez, bon courage.

Dernière modification par tantvalacruche (18-02-2015 19:31:18)

Hors ligne

#3 20-08-2018 15:45:19

Thierrry
Ami des poubelles
Date d'inscription: 20-08-2018
Messages: 1

Re: Le roman des poubelles

Guedas a écrit:

Il y à 4 h après un bon cour de sport j'invitais 3 amis à venir voir les poubelles d'une grande surface.

Les temps sont durs aujourd'hui. On en trouve de moins en moins. Et puisqu'on parle de sport et bien j'en profiter pour vous présenter mon blog http://ma-passion-du-sport.over-blog.com/ . Bonne visite.

Dernière modification par Thierrry (28-08-2018 11:36:02)

Hors ligne

Pied de page des forums

Propulsé par PunBB
© Copyright 2002–2005 Rickard Andersson
Traduction par punbb.fr